F. COUPERIN « Les folies françoises, ou les dominos »